Quel est l’impact de la détention sur le bien-être des enfants ?

La recherche a montré que la détention a un impact profond et durable sur la santé et le développement des enfants.[1] Même les périodes de détention courtes peuvent affecter le bien-être psychique et physique d’enfants, et compromettre leur développement cognitif. Les enfants détenus pour des raisons de politiques migratoires ont un plus grand risque de dépression et d’anxiété, et présentent souvent des symptômes comparables à ceux du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), tels que les insomnies, les cauchemars et l’énurésie.[2] Les enfants peuvent exprimer des sentiments de désespoir et de frustration par de la violence envers les autres et envers eux-mêmes. La recherche a montré que ces enfants courent un plus grand risque de suicide, de tentatives de suicide, d’automutilations, de troubles mentaux et de problèmes développementaux, tel que des problèmes d’attachement.[3]

La détention a également un impact important sur la scolarité des enfants.[4] Pendant la détention, on accorde souvent trop peu d’attention pour l’enseignement, mais également pour les activités récréatives.

L’accès aux soins de santé est dans certains cas problématiques, surtout lorsqu’il s’agit de l’accès à des spécialistes. Il semble également qu’une grande partie des détenus ne sont pas au courant du fait qu’ils peuvent avoir accès à des soins psychologiques.[5] Dans l’ensemble, l’accès aux soins médicaux est souvent compliqué par le manque de traducteurs et d’interprètes.[6]

Diverses instances nationales et internationales demandent d’ailleurs aux Etats de cesser la détention d’enfants pour des raisons de politiques migratoires et estiment que la détention ne va jamais dans le sens de l’intérêt de l’enfant. Le Conseil de l’Europe et le Comité des Droits de l’Enfant des Nations Unies confirment ce principe et conseillent d’établir des lois qui interdisent la détention d’enfant pour des raisons de politiques migratoires. D’autres insistent sur le fait que la détention d’enfants peut également constituer une violation de leur droit de ne pas être puni pour des actes commis par leurs parents. (voir la section Qu'en disent les experts ?)

 

[1] UNICEF, Administrative detention of children: a global report (2011)
[2] International Detention Coalition, Captured Childhood (2012)
[3] UNICEF, Administrative detention of children: a global report (2011)
[4] International Detention Coalition, Children in Immigration Detention Position Paper (2009)
[5] Jesuit Refugee Service – Belgium, De la Détention à la Vulnérabilité (2011)
[6] UNICEF, Administrative detention of children: a global report (2011)

Une campagne de

Unicef
Mineurs en exil

En partenariat avec

Caritas
Ciré
Vluchtelingenwerk Vlaanderen
JRS